"Black Passport"

Stanley Greene


Du 3 au 30 octobre

Ancien centre de secours - Accès Place Gauquelin-Despallières - Ouvert tous les jours du 3 au 9 octobre - Ouvert les week-ends du 10 au 30 octobre - De 10h à 12h30 et de 14h à 18h - Entrée libre

Conception : Teun van der Heijden

"Je pense qu'on ne peut rester optimiste que huit ans. Ceux qui le restent plus longtemps se transforment. Et pas en beau papillon." Stanley Greene


Black Passport est une biographie graphique du photographe de guerre Stanley Greene adaptée en exposition audiovisuelle. Elle montre les photographies de guerre de Stanley, parmi des photos plus personnelles. Le visiteur apprend à connaître les amis de Stanley, sa femme (qui deviendra son ex-femme) et ses collègues. Comme Stanley, le spectateur ressent l'expérience de passer brutalement de la sécurité de la vie occidentale aux horreurs des guerres du reste du monde. Quel est l'impact de ce travail - la confrontation avec l'horreur - sur sa personnalité ? Comment influence-t-il ses relations, ses proches et ses amis ?

Stanley Greene est né à New York en 1949. Adolescent, il rejoint les Black Panthers, milite contre la guerre du Vietnam et fait partie des membres fondateurs de SF Camerawork, un espace d'exposition de photographie avant-garde.
Stanley a étudié à la the School of Visual Arts de New York, et à l'Image Works de Cambridge, dans le Massachusetts. C'est une rencontre avec W. Eugene Smith qui le tourne définitivement vers le photojournalisme. Stanley a commencé à photographier pour des magazines, puis a travaillé comme photographe intérimaire pour le New York Newsday. En 1986, il s'installe à Paris et se trouve par hasard sur place pour couvrir la chute du mur de Berlin, ce qui fait de lui un photojournaliste très convoité.
Quand il travaille pour l'agence parisienne VU, en octobre 1993, il est emprisonné dans le parlement de Moscou lors d'une tentative de putsch contre le président Boris Eltsine. Il a couvert les pays déchirés par la guerre en Irak, en Somalie, en Croatie, au Cachemire et au Liban.
Stanley a couvert l'ancienne Union Soviétique, l'Amérique centrale, l'Asie et le Moyen-Orient. Il a remporté cinq World Press pour son travail dans le monde entier et le prix Eugene Smith en 2004.
Le livre Black Passport a été publié en 2010 par Schilt Publishing, Amsterdam. Il a reçu de nombreux prix.
Stanley Greene continue à couvrir les grands événements internationaux. Il est l’un des membres fondateurs du collectif NOOR.