Vous êtes ici : Edition 2011  > Les lauréats 2011
Les proches de prisonniers politiques tués protestent à Benghazi. Les manifestants prient près d'un char détruit à Benghazi. Les rebelles avancent sur la ligne de front contre les troupes du gouvernement libyen. Une ambulance brûle après une bataille entre les rebelles et les troupes de Kadhafi à Brega. Les rebelles répondent à un tir sur un hélicoptère du gouvernement à Bin Jawad. Les troupes rebelles s'enfuient après le tir aérien d'un avion de guerre libyen. Des rebelles libyens montrant leur drapeau à un poste de contrôle à Ras Lanouf. Des rebelles se réchauffent pendant la nuit. Des rebelles libyens priant près d’équipements de pétrole. Des rebelles libyens tirant des roquettes Katyusha aux troupes gouvernementales sur la ligne de front. Avance des rebelles libyens lors d'une bataille contre les troupes gouvernementales pendant qu'une installation pétrolière brûle. Des rebelles s'enfuient sous le feu de l'armée libyenne. Un rebelle blessé traité à un hôpital de Ras Lanouf. Un rebelle sur la tourelle d'un char détruit en dehors de la ville de Ajdabiyah, où des centaines de combattants se sont rassemblés. Des tombes fraîchement creusées au cimetière de Benghazi.

Catégorie photo - jury public

Yuri KOZYREV - NOOR
"Dépêches de Libye" – Libye - février mars 2011

Appelez cela la Révolution de Jasmin, le printemps arabe ou la Révolution Facebook, il y a un sirocco puissant qui souffle sur l'Afrique du Nord et le   Moyen-Orient.

Quand l'insurrection commença en Libye en Février 2011, très peu de journalistes occidentaux avaient passé du temps dans le pays auparavant, nous allions tous en aveugle en Libye.

Ce n'était pas une révolution Facebook, et il n'y avait pas de point central de ralliement: pas de place Tahrir ou de rond-point Pearl. D'autre part, contrairement à l'Egypte et au Bahreïn, il y avait une totale liberté de mouvement. Habituellement, lorsque vous accédez à une zone de guerre, il est très difficile d'atteindre les combats. En Libye, vous aviez un accès total à la guerre, du côté des rebelles: jusqu'où vous vouliez aller dépendait entièrement de vous.

Rapidement, il a été évident que les rebelles n'avaient pas d'expérience et de discipline, ce qui voulait dire qu'il serait très difficile pour eux de renverser Kadhafi. Aucun des combattants n'avaient prévu que cela allait devenir une guerre, se trouvant sous le feu des tirs du tyran.

Il était difficile de ne pas admirer le courage des rebelles et leur enthousiasme: ils n'ont jamais cessé de croire qu'avec de l'aide extérieur, ils allaient renverser Kadhafi.

 

 

Des rebelles s'enfuient sous le feu de l'armée libyenne.