Vous êtes ici : Edition 2011  > RIP

En deuil

C'est avec une profonde tristesse que Patrick Gomont, Maire de Bayeux, a appris la mort de deux nouveaux journalistes en Syrie lors d'un bombardement d'un centre presse de l'opposition au régime dans le quartier de Baba Amr, à Homs. Rémi Ochlik, jeune photographe de talent, avait été pré-sélectionné pour le Prix du jeune reporter 2011 pour sa couverture des révoltes arabes. Son travail avait été présenté lors de l'exposition en extérieur sur le Printemps arabe en octobre dernier à Bayeux. Marie Colvin, journaliste américaine du Sunday Times, une grande signature du reportage de guerre, avait été sélectionnée pour le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre à deux reprises pour son travail en Libye (2011) et en Irak (2008).
Plusieurs journalistes ont également été blessés, parmi lesquels Edith Bouvier, journaliste freelance collaborant entre autres pour le quotidien français Le Figaro.

Consternation et révolte

Cette attaque intervient après le décès de trois autres journalistes à Homs depuis le début de l'année 2012 :
Le 21 février 2012, le citoyen-journaliste syrien du Shaam News Network, Ramy Al-Sayed, avait été tué dans un bombardement, en fin d’après-midi, alors qu’il se trouvait à bord de son véhicule. Le journaliste français Gilles Jacquier de France 2 a été tué le 11 janvier dernier à Homs dans des circonstances qui restent troubles, alors qu’il était entré légalement dans le pays. Et le 2 janvier dernier, le journaliste syrien Shoukri Ahmed Ratib Abu Bourghoul, blessé par une balle reçue en pleine tête le 30 décembre dernier, a succombé à ses blessures, à l’hôpital.

L'ensemble du comité de pilotage du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre s'associe à la douleur des familles, proches, amis et confrères.